FAIRE QUELQUE CHOSE DE BIEN

pour les humains et la planète

Des goodies écolos qui créent des emplois pour les plus pauvres en Afrique

LE BUSINESS SOCIAL COMME LEVIER DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE

Très éloigné de l'idée d'humanitaire nous cherchons chez Lygo à donner de la valeur aux choses et aux humains. Nous créons des goodies de qualité dont la fabrication est confiées à des femmes et des hommes issues de la grande pauvreté en Afrique. 

(Re)construire un futur durable.

Route venteuse
Nolwenn Buvat fondatrice de Lygo fabricant de goodies écologiques
Nolwenn Buvat
Directrice 

 

 

 

 

En 2008, Lygo, fait partie des entreprises pionnières en lançant un projet construit autour d'un projet social. L'idée était de fabriquer en Afrique des GOODIES TEXTILES de qualité, peu couteux au design adapté aux standards européens.

Au départ nous avions construit une gamme de produits destinés aux réseaux de distribution spécialisés dans le commerce équitable. Mais cela n'a pas fonctionné.  Les premières années ont néanmoins permis d'affiner notre positionnement et en 2004, nous avons fabriqué nos premières pochettes de voyage publicitaires pour l'agence VOYAGER AUTREMENT. Cette première commande nous a incité à pousser l'idée de nous positionner sur le marché de l'objet publicitaire en proposant une alternative aux fabrications industrielles asiatiques.

Ce recentrage a été payant. Il a permis de travailler avec nos premiers gros clients et de mettre en place des productions de + de 50 000 produits. Nous avons pu pérenniser 25 emplois pour des personnes issues de la grande pauvreté. Notre double positionnement fabricant et entreprise sociale a reçu un écho favorable au-delà du périmètre initial du tourisme.

Notre volonté a été de s’adapter à l’existant afin de construire une stratégie fondée sur l’expérience terrain. Bien entendu ce fut un long apprentissage.

La fabrication a d'abord été confiée en sous-traitance à un atelier existant qui emploie des personnes handicapées.

Cette démarche, certes audacieuse, nous a permis de créer une structure de production viable en peu de temps et souple en termes de volume de travail. Nous avons pu nous concentrer sur la qualité du travail et les délais de livraison.

C’est ainsi que nous avons intégré 3 ateliers en sous-traitance et acquis nos premiers clients fidèles.

Nous avons mis en place un cahier des charges intégrant les obligations sociales. Nous avons pris beaucoup de temps afin de le rédiger avec les parties prenantes. Nous gardons de cette expérience l’habitude de formaliser les relations par écrit avec nos parties prenantes.

En 2015, nous avons pris la décision d’intégrer une partie de la production en créant notre propre unité de production textile responsable.

Nous avions à cœur de sécuriser nos processus de fabrication. D’avoir un bureau de style pour créer des produits sur mesure. Et surtout de maitriser notre projet social.

Il nous fallait aussi améliorer la qualité de nos produits et renforcer la formation des couturiers. Nous avons mis en place des cours d’alphabétisation en partenariat avec l’association AVA et des volontaires.

C'est en 2015 aussi que nous avons monté le projet de tressage de Sisal pour un client espagnol  Ball Pagès qui fabrique des espadrilles de Luxe à partir de notre cordelette tressée à la main. Ces espadrilles anciennement utilisées pour aller aux champs, n’étaient plus portées que pour "el Ball Pagès", une danse folklorique. Nous avons transmis ce savoir-faire traditionnel à une équipe de jeunes femmes africaines dédié à un client espagnol.

Dans la poursuite du progrès de notre démarche sociale et de qualité nous avons engagé le processus de certification BCorp, une évaluation publique de l'impact de notre entreprise. En 2016 nous avons finalisé le processus de certification BCorp et deux ans plus tard nous avons été honorés d’être parmi les meilleurs Bcorp du monde reconnue pour notre impact social sur les populations locales.

 

Toujours à l'écoute des demandes de nos clients nous engageons aujourd'hui des productions de packaging écologique et des trousse à destination de la cosmétique.

Tendre vers l'harmonie de manière globale.

LE BUSINESS SOCIAL C'EST QUOI ?

(Re)construire un futur durable.

À la fin des années 2000, le développement durable relevait plus des comportements individuels que de pratiques entrepreunariales encadrées. Les cost-killer sont à la mode et répondent à la demande des consommateurs avec les politiques d'achat "toujours moins cher" sans tenir compte du coût humain ou environnemental. 

 

Il y a une dizaine d'années les entreprises ont commencé à chercher des fournisseurs prenant en compte leur impact social et environnemental. Au début on  parlé de "green washing" comme si cela n'allait être qu'une mode passagère. 

 

Bien au contraire, aujourd'hui il semble périlleux de ne pas tenir compte de son impact si on veut satisfaire ses clients.

Il est même démontré que les entreprises qui font le choix du développement durable sont plus performantes et plus pérennes.

UNE UNITE DE PRODUCTION TEXTILE RESPONSABLE

L'importance d'un tel projet est de démontrer que l'on peut fabriquer des goodies de façon écologique et équitable. Le défis c'est d'avoir les deux, la matière et la main d'œuvre.

Le succès c'est quand nous arrivons comme avec notre gamme en Seaqual recyclée à partir de déchets marins, à concevoir un goodies humainement et écologiquement responsable.

2020-08-30 15.15.15.jpg

POURQUOI L'AFRIQUE ?

MOI RIND.png
Nolwenn Buvat
Fondatrice 

 

" C'est une question que l'on me pose souvent. Pour être honnête je pense que très jeune j'ai compris que j'avais la chance d'être une femme,  occidentale, éduquée et libre. C'est en revendiquant cela que j'ai réalisé  qu'une grande partie du reste du monde ne vit pas dans cette aisance et liberté. Il en est ainsi en Afrique. Le sous-développement était mon sujet favori en économie. Il n'a parut judicieux de tenter l'aventure de construire un modèle économique basé sur le développement et la solidarité.

Depuis 15 ans l'Afrique m'a appris que sous développent est un problème mais qu'il y fait bon vivre. Que la pauvreté est un problème, mais il ne rend pas toujours malheureux. Qu'une vie simple peut être une vie heureuse.

32194 (1).png

LA TRES GRANDE PAUVRETE

Nous travaillons avec des personnes issues de grande pauvreté parce cela nous semble important d'accélérer la réduction de l'extrême pauvreté en Afrique.

Nos employés sont des personnes handicapées, des femmes avec des histoires compliqués et des jeunes sans formation. 

C'est tout ce joli monde qui fait Lygo et ça se passe très bien.